11 résultats

Édouard COUTURIER (1871 - 1903) 1)

FEMME BELLE ÉPOQUE vue 3/4 DOS, dessin original

Dessin original au crayon, cachet d'atelier. (Le cachet comportant la date de son décès il s'agit probablement d'un cachet posthume réalisé pour la vente du contenu de son atelier)Dimensions 308 x 242 mm. Visitez mon site antharedeschuyter.fr mis en place par LRB !Envoi par recommandé R2 ; pour plusieurs dessins ou envoi vers l'étranger merci de me contacter pour devis. Règlement par chèque bancaire sur la France avec expédition de l'objet à l'adresse du titulaire du compte, mandat poste ou virement bancaire. Pas d'espèces dans une enveloppe même UPS, DHL etc...

Élève de Jean-Louis Forain dont il s'éloigne par ses idées, Édouard Couturier commence à se faire connaître du public en publiant des caricatures assez féroces dans Le Sifflet journal dreyfusard fondé par Ibels en mars 1898 au moment où l'affaire Dreyfus prend un nouveau tournant : ses dessins, qu'il signe « Couturier », « E. Couturier » ou plus rarement « Ed. Couturier », mettent en scène les différents rebondissements qui conduisirent à la révision du procès. Depuis son atelier, il fabrique de nombreuses cartes postales illustrées relatives à cette affaire, sans doute en lien avec le critique Émile Straus (1865-?) qui avait fondé en 1899 La Carte postale illustrée, le bulletin de l'International Poste-Carte Club.Auparavant, en 1896, il réalise un petit recueil de dessins sur le monde des prostituées, "Des Femmes en chemises !".Par ailleurs, il collabore à d'autres journaux, plutôt de tendance radicale-socialiste, comme Le Chambard socialiste de Gérault-Richard, La Feuille de Zo d'Axa, Le Petit Bleu, Le Fouet, Le Cri de Paris, ou anarchiste, comme Les Temps nouveaux. Il donne aussi quelques dessins à L'Assiette au beurre, coordonnant le n° 89 du 13 décembre 1902 sur « les filles-mères » ainsi qu'au Rire et à L'Omnibus de Corinthe. Traces de poussière sur les bordures et petits trous de punaise dans le haut. Remises possibles sur les achats en lot, achetez plusieurs objets à la fois ! Reçoit sur rendez-vous pour consultation des ouvrages.

Édouard COUTURIER (1871 - 1903) 10)

DANSEUSE EN RÉPÉTITION

Dessin original au crayon, cachet d'atelier. (Le cachet comportant la date de son décès il s'agit probablement d'un cachet posthume réalisé pour la vente du contenu de son atelier)Dimensions 308 x 242 mm. Venez visiter mon site antharedeschuyter.fr mis en place par livre rare book !Envoi par recommandé R2 ; pour plusieurs dessins ou envoi vers l'étranger merci de me contacter pour devis. Règlement par chèque bancaire sur la France avec expédition de l'objet à l'adresse du titulaire du compte, mandat poste ou virement bancaire. Pas d'espèces dans une enveloppe même UPS, DHL etc...

Élève de Jean-Louis Forain dont il s'éloigne par ses idées, Édouard Couturier commence à se faire connaître du public en publiant des caricatures assez féroces dans Le Sifflet journal dreyfusard fondé par Ibels en mars 1898 au moment où l'affaire Dreyfus prend un nouveau tournant : ses dessins, qu'il signe « Couturier », « E. Couturier » ou plus rarement « Ed. Couturier », mettent en scène les différents rebondissements qui conduisirent à la révision du procès. Depuis son atelier, il fabrique de nombreuses cartes postales illustrées relatives à cette affaire, sans doute en lien avec le critique Émile Straus (1865-?) qui avait fondé en 1899 La Carte postale illustrée, le bulletin de l'International Poste-Carte Club.Auparavant, en 1896, il réalise un petit recueil de dessins sur le monde des prostituées, "Des Femmes en chemises !".Par ailleurs, il collabore à d'autres journaux, plutôt de tendance radicale-socialiste, comme Le Chambard socialiste de Gérault-Richard, La Feuille de Zo d'Axa, Le Petit Bleu, Le Fouet, Le Cri de Paris, ou anarchiste, comme Les Temps nouveaux. Il donne aussi quelques dessins à L'Assiette au beurre, coordonnant le n° 89 du 13 décembre 1902 sur « les filles-mères » ainsi qu'au Rire et à L'Omnibus de Corinthe. Bon état Remises possibles sur les achats en lot, achetez plusieurs objets à la fois ! Reçoit sur rendez-vous pour consultation des ouvrages.

Édouard COUTURIER (1871 - 1903) 11)

ÉLÉGANTE SUR CANAPÉ (le titre est une interprétation de notre part et n'est pas mentionné sur le dessin)

Dessin original au crayon, cachet d'atelier. (Le cachet comportant la date de son décès il s'agit probablement d'un cachet posthume réalisé pour la vente du contenu de son atelier)Dimensions 308 x 242 mm. Venez visiter mon site antharedeschuyter.fr mis en place par livre rare book !Envoi par recommandé R2 ; pour plusieurs dessins ou envoi vers l'étranger merci de me contacter pour devis. Règlement par chèque bancaire sur la France avec expédition de l'objet à l'adresse du titulaire du compte, mandat poste ou virement bancaire. Pas d'espèces dans une enveloppe même UPS, DHL etc...

Élève de Jean-Louis Forain dont il s'éloigne par ses idées, Édouard Couturier commence à se faire connaître du public en publiant des caricatures assez féroces dans Le Sifflet journal dreyfusard fondé par Ibels en mars 1898 au moment où l'affaire Dreyfus prend un nouveau tournant : ses dessins, qu'il signe « Couturier », « E. Couturier » ou plus rarement « Ed. Couturier », mettent en scène les différents rebondissements qui conduisirent à la révision du procès. Depuis son atelier, il fabrique de nombreuses cartes postales illustrées relatives à cette affaire, sans doute en lien avec le critique Émile Straus (1865-?) qui avait fondé en 1899 La Carte postale illustrée, le bulletin de l'International Poste-Carte Club.Auparavant, en 1896, il réalise un petit recueil de dessins sur le monde des prostituées, "Des Femmes en chemises !".Par ailleurs, il collabore à d'autres journaux, plutôt de tendance radicale-socialiste, comme Le Chambard socialiste de Gérault-Richard, La Feuille de Zo d'Axa, Le Petit Bleu, Le Fouet, Le Cri de Paris, ou anarchiste, comme Les Temps nouveaux. Il donne aussi quelques dessins à L'Assiette au beurre, coordonnant le n° 89 du 13 décembre 1902 sur « les filles-mères » ainsi qu'au Rire et à L'Omnibus de Corinthe. trace de poussière mais bon état général Remises possibles sur les achats en lot, achetez plusieurs objets à la fois ! Reçoit sur rendez-vous pour consultation des ouvrages.

Édouard COUTURIER (1871 - 1903) 12)

DICUSSION

Dessin original au crayon, signature au crayon, cachet d'atelier. (Le cachet comportant la date de son décès il s'agit probablement d'un cachet posthume réalisé pour la vente du contenu de son atelier)Dimensions 308 x 242 mm. Venez visiter mon site antharedeschuyter.fr mis en place par livre rare book !Envoi par recommandé R2 ; pour plusieurs dessins ou envoi vers l'étranger merci de me contacter pour devis. Règlement par chèque bancaire sur la France avec expédition de l'objet à l'adresse du titulaire du compte, mandat poste ou virement bancaire. Pas d'espèces dans une enveloppe même UPS, DHL etc...

Élève de Jean-Louis Forain dont il s'éloigne par ses idées, Édouard Couturier commence à se faire connaître du public en publiant des caricatures assez féroces dans Le Sifflet journal dreyfusard fondé par Ibels en mars 1898 au moment où l'affaire Dreyfus prend un nouveau tournant : ses dessins, qu'il signe « Couturier », « E. Couturier » ou plus rarement « Ed. Couturier », mettent en scène les différents rebondissements qui conduisirent à la révision du procès. Depuis son atelier, il fabrique de nombreuses cartes postales illustrées relatives à cette affaire, sans doute en lien avec le critique Émile Straus (1865-?) qui avait fondé en 1899 La Carte postale illustrée, le bulletin de l'International Poste-Carte Club.Auparavant, en 1896, il réalise un petit recueil de dessins sur le monde des prostituées, "Des Femmes en chemises !".Par ailleurs, il collabore à d'autres journaux, plutôt de tendance radicale-socialiste, comme Le Chambard socialiste de Gérault-Richard, La Feuille de Zo d'Axa, Le Petit Bleu, Le Fouet, Le Cri de Paris, ou anarchiste, comme Les Temps nouveaux. Il donne aussi quelques dessins à L'Assiette au beurre, coordonnant le n° 89 du 13 décembre 1902 sur « les filles-mères » ainsi qu'au Rire et à L'Omnibus de Corinthe. Assez bon état Remises possibles sur les achats en lot, achetez plusieurs objets à la fois ! Reçoit sur rendez-vous pour consultation des ouvrages.

Édouard COUTURIER (1871 - 1903) 2)

FEMME SE RETOURNANT , dessin original

Dessin original au crayon, signature au crayon et cachet d'atelier. (Le cachet comportant la date de son décès il s'agit probablement d'un cachet posthume réalisé pour la vente du contenu de son atelier)Dimensions 308 x 242 mm. Venez visiter mon site antharedeschuyter.fr mis en place par LRB !Envoi par recommandé R2 ; pour plusieurs dessins ou envoi vers l'étranger merci de me contacter pour devis. Règlement par chèque bancaire sur la France avec expédition de l'objet à l'adresse du titulaire du compte, mandat poste ou virement bancaire. Pas d'espèces dans une enveloppe même UPS, DHL etc...

Élève de Jean-Louis Forain dont il s'éloigne par ses idées, Édouard Couturier commence à se faire connaître du public en publiant des caricatures assez féroces dans Le Sifflet journal dreyfusard fondé par Ibels en mars 1898 au moment où l'affaire Dreyfus prend un nouveau tournant : ses dessins, qu'il signe « Couturier », « E. Couturier » ou plus rarement « Ed. Couturier », mettent en scène les différents rebondissements qui conduisirent à la révision du procès. Depuis son atelier, il fabrique de nombreuses cartes postales illustrées relatives à cette affaire, sans doute en lien avec le critique Émile Straus (1865-?) qui avait fondé en 1899 La Carte postale illustrée, le bulletin de l'International Poste-Carte Club.Auparavant, en 1896, il réalise un petit recueil de dessins sur le monde des prostituées, "Des Femmes en chemises !".Par ailleurs, il collabore à d'autres journaux, plutôt de tendance radicale-socialiste, comme Le Chambard socialiste de Gérault-Richard, La Feuille de Zo d'Axa, Le Petit Bleu, Le Fouet, Le Cri de Paris, ou anarchiste, comme Les Temps nouveaux. Il donne aussi quelques dessins à L'Assiette au beurre, coordonnant le n° 89 du 13 décembre 1902 sur « les filles-mères » ainsi qu'au Rire et à L'Omnibus de Corinthe. Bon état Remises possibles sur les achats en lot, achetez plusieurs objets à la fois ! Reçoit sur rendez-vous pour consultation des ouvrages.

Édouard COUTURIER (1871 - 1903) 3)

FEMME NUE ASSISE , dessin original

Dessin original au crayon, cachet d'atelier. (Le cachet comportant la date de son décès il s'agit probablement d'un cachet posthume réalisé pour la vente du contenu de son atelier)Dimensions 308 x 242 mm. Venez visiter mon site antharedeschuyter.fr mis en place par LRB !Envoi par recommandé R2 ; pour plusieurs dessins ou envoi vers l'étranger merci de me contacter pour devis. Règlement par chèque bancaire sur la France avec expédition de l'objet à l'adresse du titulaire du compte, mandat poste ou virement bancaire. Pas d'espèces dans une enveloppe même UPS, DHL etc...

Élève de Jean-Louis Forain dont il s'éloigne par ses idées, Édouard Couturier commence à se faire connaître du public en publiant des caricatures assez féroces dans Le Sifflet journal dreyfusard fondé par Ibels en mars 1898 au moment où l'affaire Dreyfus prend un nouveau tournant : ses dessins, qu'il signe « Couturier », « E. Couturier » ou plus rarement « Ed. Couturier », mettent en scène les différents rebondissements qui conduisirent à la révision du procès. Depuis son atelier, il fabrique de nombreuses cartes postales illustrées relatives à cette affaire, sans doute en lien avec le critique Émile Straus (1865-?) qui avait fondé en 1899 La Carte postale illustrée, le bulletin de l'International Poste-Carte Club.Auparavant, en 1896, il réalise un petit recueil de dessins sur le monde des prostituées, "Des Femmes en chemises !".Par ailleurs, il collabore à d'autres journaux, plutôt de tendance radicale-socialiste, comme Le Chambard socialiste de Gérault-Richard, La Feuille de Zo d'Axa, Le Petit Bleu, Le Fouet, Le Cri de Paris, ou anarchiste, comme Les Temps nouveaux. Il donne aussi quelques dessins à L'Assiette au beurre, coordonnant le n° 89 du 13 décembre 1902 sur « les filles-mères » ainsi qu'au Rire et à L'Omnibus de Corinthe. Bon état Remises possibles sur les achats en lot, achetez plusieurs objets à la fois ! Reçoit sur rendez-vous pour consultation des ouvrages.

Édouard COUTURIER (1871 - 1903) 4)

FEMME NUE DEBOUT, 3/4 ARRIÈRE, dessin original

Dessin original au crayon, cachet d'atelier. (Le cachet comportant la date de son décès il s'agit probablement d'un cachet posthume réalisé pour la vente du contenu de son atelier)Dimensions 308 x 242 mm. Venez visiter mon site antharedeschuyter.fr mis en place par livre rare book !Envoi par recommandé R2 ; pour plusieurs dessins ou envoi vers l'étranger merci de me contacter pour devis. Règlement par chèque bancaire sur la France avec expédition de l'objet à l'adresse du titulaire du compte, mandat poste ou virement bancaire. Pas d'espèces dans une enveloppe même UPS, DHL etc...

Élève de Jean-Louis Forain dont il s'éloigne par ses idées, Édouard Couturier commence à se faire connaître du public en publiant des caricatures assez féroces dans Le Sifflet journal dreyfusard fondé par Ibels en mars 1898 au moment où l'affaire Dreyfus prend un nouveau tournant : ses dessins, qu'il signe « Couturier », « E. Couturier » ou plus rarement « Ed. Couturier », mettent en scène les différents rebondissements qui conduisirent à la révision du procès. Depuis son atelier, il fabrique de nombreuses cartes postales illustrées relatives à cette affaire, sans doute en lien avec le critique Émile Straus (1865-?) qui avait fondé en 1899 La Carte postale illustrée, le bulletin de l'International Poste-Carte Club.Auparavant, en 1896, il réalise un petit recueil de dessins sur le monde des prostituées, "Des Femmes en chemises !".Par ailleurs, il collabore à d'autres journaux, plutôt de tendance radicale-socialiste, comme Le Chambard socialiste de Gérault-Richard, La Feuille de Zo d'Axa, Le Petit Bleu, Le Fouet, Le Cri de Paris, ou anarchiste, comme Les Temps nouveaux. Il donne aussi quelques dessins à L'Assiette au beurre, coordonnant le n° 89 du 13 décembre 1902 sur « les filles-mères » ainsi qu'au Rire et à L'Omnibus de Corinthe. Bon état Remises possibles sur les achats en lot, achetez plusieurs objets à la fois ! Reçoit sur rendez-vous pour consultation des ouvrages.

Édouard COUTURIER (1871 - 1903) 5)

FEMME BELLE ÉPOQUE - 1900, PORTRAIT DE PROFIL, dessin original

Dessin original au crayon, cachet d'atelier. (Le cachet comportant la date de son décès il s'agit probablement d'un cachet posthume réalisé pour la vente du contenu de son atelier)Dimensions 308 x 242 mm. Venez visiter mon site antharedeschuyter.fr mis en place par livre rare book !Envoi par recommandé R2 ; pour plusieurs dessins ou envoi vers l'étranger merci de me contacter pour devis. Règlement par chèque bancaire sur la France avec expédition de l'objet à l'adresse du titulaire du compte, mandat poste ou virement bancaire. Pas d'espèces dans une enveloppe même UPS, DHL etc...

Élève de Jean-Louis Forain dont il s'éloigne par ses idées, Édouard Couturier commence à se faire connaître du public en publiant des caricatures assez féroces dans Le Sifflet journal dreyfusard fondé par Ibels en mars 1898 au moment où l'affaire Dreyfus prend un nouveau tournant : ses dessins, qu'il signe « Couturier », « E. Couturier » ou plus rarement « Ed. Couturier », mettent en scène les différents rebondissements qui conduisirent à la révision du procès. Depuis son atelier, il fabrique de nombreuses cartes postales illustrées relatives à cette affaire, sans doute en lien avec le critique Émile Straus (1865-?) qui avait fondé en 1899 La Carte postale illustrée, le bulletin de l'International Poste-Carte Club.Auparavant, en 1896, il réalise un petit recueil de dessins sur le monde des prostituées, "Des Femmes en chemises !".Par ailleurs, il collabore à d'autres journaux, plutôt de tendance radicale-socialiste, comme Le Chambard socialiste de Gérault-Richard, La Feuille de Zo d'Axa, Le Petit Bleu, Le Fouet, Le Cri de Paris, ou anarchiste, comme Les Temps nouveaux. Il donne aussi quelques dessins à L'Assiette au beurre, coordonnant le n° 89 du 13 décembre 1902 sur « les filles-mères » ainsi qu'au Rire et à L'Omnibus de Corinthe. Petit manque au coin supérieur gauche et salissures en bordure Remises possibles sur les achats en lot, achetez plusieurs objets à la fois ! Reçoit sur rendez-vous pour consultation des ouvrages.

Édouard COUTURIER (1871 - 1903) 6)

FEMME EN SOUS-VETEMENTS 1990 BELLE ÉPOQUE, dessin original

Dessin original au crayon, cachet d'atelier. (Le cachet comportant la date de son décès il s'agit probablement d'un cachet posthume réalisé pour la vente du contenu de son atelier)Dimensions 308 x 242 mm. Venez visiter mon site antharedeschuyter.fr mis en place par livre rare book !Envoi par recommandé R2 ; pour plusieurs dessins ou envoi vers l'étranger merci de me contacter pour devis. Règlement par chèque bancaire sur la France avec expédition de l'objet à l'adresse du titulaire du compte, mandat poste ou virement bancaire. Pas d'espèces dans une enveloppe même UPS, DHL etc...

Élève de Jean-Louis Forain dont il s'éloigne par ses idées, Édouard Couturier commence à se faire connaître du public en publiant des caricatures assez féroces dans Le Sifflet journal dreyfusard fondé par Ibels en mars 1898 au moment où l'affaire Dreyfus prend un nouveau tournant : ses dessins, qu'il signe « Couturier », « E. Couturier » ou plus rarement « Ed. Couturier », mettent en scène les différents rebondissements qui conduisirent à la révision du procès. Depuis son atelier, il fabrique de nombreuses cartes postales illustrées relatives à cette affaire, sans doute en lien avec le critique Émile Straus (1865-?) qui avait fondé en 1899 La Carte postale illustrée, le bulletin de l'International Poste-Carte Club.Auparavant, en 1896, il réalise un petit recueil de dessins sur le monde des prostituées, "Des Femmes en chemises !".Par ailleurs, il collabore à d'autres journaux, plutôt de tendance radicale-socialiste, comme Le Chambard socialiste de Gérault-Richard, La Feuille de Zo d'Axa, Le Petit Bleu, Le Fouet, Le Cri de Paris, ou anarchiste, comme Les Temps nouveaux. Il donne aussi quelques dessins à L'Assiette au beurre, coordonnant le n° 89 du 13 décembre 1902 sur « les filles-mères » ainsi qu'au Rire et à L'Omnibus de Corinthe. Bon état Remises possibles sur les achats en lot, achetez plusieurs objets à la fois ! Reçoit sur rendez-vous pour consultation des ouvrages.

Édouard COUTURIER (1871 - 1903) 8)

FEMME EN CHAPEAU ET MANCHON Baronne de V... d'Edelzw... à déchiffrer !

Dessin original au crayon, signé au crayon et cachet d'atelier. (Le cachet comportant la date de son décès il s'agit probablement d'un cachet posthume réalisé pour la vente du contenu de son atelier)Dimensions 308 x 242 mm. Venez visiter mon site antharedeschuyter.fr mis en place par livre rare book !Envoi par recommandé R2 ; pour plusieurs dessins ou envoi vers l'étranger merci de me contacter pour devis. Règlement par chèque bancaire sur la France avec expédition de l'objet à l'adresse du titulaire du compte, mandat poste ou virement bancaire. Pas d'espèces dans une enveloppe même UPS, DHL etc...

Élève de Jean-Louis Forain dont il s'éloigne par ses idées, Édouard Couturier commence à se faire connaître du public en publiant des caricatures assez féroces dans Le Sifflet journal dreyfusard fondé par Ibels en mars 1898 au moment où l'affaire Dreyfus prend un nouveau tournant : ses dessins, qu'il signe « Couturier », « E. Couturier » ou plus rarement « Ed. Couturier », mettent en scène les différents rebondissements qui conduisirent à la révision du procès. Depuis son atelier, il fabrique de nombreuses cartes postales illustrées relatives à cette affaire, sans doute en lien avec le critique Émile Straus (1865-?) qui avait fondé en 1899 La Carte postale illustrée, le bulletin de l'International Poste-Carte Club.Auparavant, en 1896, il réalise un petit recueil de dessins sur le monde des prostituées, "Des Femmes en chemises !".Par ailleurs, il collabore à d'autres journaux, plutôt de tendance radicale-socialiste, comme Le Chambard socialiste de Gérault-Richard, La Feuille de Zo d'Axa, Le Petit Bleu, Le Fouet, Le Cri de Paris, ou anarchiste, comme Les Temps nouveaux. Il donne aussi quelques dessins à L'Assiette au beurre, coordonnant le n° 89 du 13 décembre 1902 sur « les filles-mères » ainsi qu'au Rire et à L'Omnibus de Corinthe. Bon état Remises possibles sur les achats en lot, achetez plusieurs objets à la fois ! Reçoit sur rendez-vous pour consultation des ouvrages.

Édouard COUTURIER (1871 - 1903) 9)

FEMME EN SOUS VÊTEMENTS THÉORIQUES (le titre est une interprétation de notre part et n'est pas mentionné sur le dessin)

Dessin original au crayon, cachet d'atelier. (Le cachet comportant la date de son décès il s'agit probablement d'un cachet posthume réalisé pour la vente du contenu de son atelier)Dimensions 308 x 242 mm. Venez visiter mon site antharedeschuyter.fr mis en place par livre rare book !Envoi par recommandé R2 ; pour plusieurs dessins ou envoi vers l'étranger merci de me contacter pour devis. Règlement par chèque bancaire sur la France avec expédition de l'objet à l'adresse du titulaire du compte, mandat poste ou virement bancaire. Pas d'espèces dans une enveloppe même UPS, DHL etc...

Élève de Jean-Louis Forain dont il s'éloigne par ses idées, Édouard Couturier commence à se faire connaître du public en publiant des caricatures assez féroces dans Le Sifflet journal dreyfusard fondé par Ibels en mars 1898 au moment où l'affaire Dreyfus prend un nouveau tournant : ses dessins, qu'il signe « Couturier », « E. Couturier » ou plus rarement « Ed. Couturier », mettent en scène les différents rebondissements qui conduisirent à la révision du procès. Depuis son atelier, il fabrique de nombreuses cartes postales illustrées relatives à cette affaire, sans doute en lien avec le critique Émile Straus (1865-?) qui avait fondé en 1899 La Carte postale illustrée, le bulletin de l'International Poste-Carte Club.Auparavant, en 1896, il réalise un petit recueil de dessins sur le monde des prostituées, "Des Femmes en chemises !".Par ailleurs, il collabore à d'autres journaux, plutôt de tendance radicale-socialiste, comme Le Chambard socialiste de Gérault-Richard, La Feuille de Zo d'Axa, Le Petit Bleu, Le Fouet, Le Cri de Paris, ou anarchiste, comme Les Temps nouveaux. Il donne aussi quelques dessins à L'Assiette au beurre, coordonnant le n° 89 du 13 décembre 1902 sur « les filles-mères » ainsi qu'au Rire et à L'Omnibus de Corinthe. Salissures dans la bordure du haut et deux petites déchirures n'affectant pas le dessin Remises possibles sur les achats en lot, achetez plusieurs objets à la fois ! Reçoit sur rendez-vous pour consultation des ouvrages.