3 résultats

Jack ABEILLÉ (1873-1939)

"4 HEURES DU MATIN : - Alors, c'est ce que tu appelles venir me voir en camarade !"

Dessin original à l'encre et au crayon de couleur sur papier. Signature en bas à droite, texte en haut et en bas du dessin. Dimensions 435 x 295 mm. Envoi par recommandé R3 Venez consulter l'ensemble de mes objets sur mon site antharedeschuyter.fr !

Jacques Abeillé, dit Jack Abeillé, né le 28 mai 1873 à La Varenne-Saint-Hilaire et mort le 25 mars 1939 à Paris, est un peintre, affichiste, dessinateur et illustrateur français. Jacques Abeillé est le fils de Pierre Fernand Abeillé et dÉmilie Augustine Lechap. Ses deux parents sont peintres.Prenant le pseudonyme de « Jack Abeillé », il fait ses débuts d'illustrateur dans le magazine La Caricature et La Chronique amusante en 1891. Trois ans plus tard, il remplace Paul Balluriau à la direction artistique de la revue Fin de Siècle fondée par le financier François Mainguy. En 1912, il est nommé à la direction d'une nouvelle revue intitulée Élégances.Jusqu'en 1914, ses contributions comme illustrateur de presse sont nombreuses, on trouve sa signature dans lAlmanach Vermot, L'Amour, L'Assiette au Beurre, Comdia, Le Frou-frou, Heures littéraires, Jean-qui-rit, Le Journal de Paris, Le Journal pour tous, Lisez-moi bleu, Mois Gai, Mon beau livre, Nos loisirs, Pages folles, Parisiana, Le Pêle-mêle, Le Petit Bleu, Rabelais, Ridendo, Le Rire (dès 1894), La Semaine de Suzette, Le Sourire, Touche à tout, L'Univers illustré, La Vie en rose, Zig-Zag.Durant cette période, il compose quelques affiches (il possède un atelier très actif), expose ses dessins au Salon des humoristes et semble avoir été proche du dessinateur Henri de Sta, de Joze Dobrski de Jastzebiec (1861-1933) dit « Victor Joze » et du dramaturge Léon Valbert. Outre la presse, il travaille pour des éditeurs, notamment la collection Modern Bibliothèque lancée par Arthème Fayard et la Maison Quantin. De façon plus discrète, il est l'auteur d'illustrations à caractère érotique pour des ouvrages vendus par souscription.Après 1918, on retrouve sa signature dans des périodiques comme La Grimace, Le Sans-Gêne, le Journal amusant, Parisiana. Ses derniers travaux semblent être parus en 1935 et 1936, pour des éditeurs d'ouvrages ; on retrouve sa signature à cette même époque dans Police magazine.Jack Abeillé meurt le 25 mars 1939 à Paris 18e. Bon état Remises possibles sur les achats en lot, achetez plusieurs objets à la fois ! Reçoit sur rendez-vous pour consultation des ouvrages.

Jack ABEILLÉ (1873-1939) dessin original

TU M'EN DIRAS TANT ! - Il n'est pas bien beau - Penses tu ... Il vient d'hériter de 3 millions - Oh ! alors, c'est un très joli garçon !...

Dessin original à l'encre sur papier. Dimensions 325 x 235 mm, bon état. Envoi par recommandé R3 Venez consulter l'ensemble de mes objets sur mon site antharedeschuyter.fr !

Jacques Abeillé, dit Jack Abeillé, né le 28 mai 1873 à La Varenne-Saint-Hilaire et mort le 25 mars 1939 à Paris, est un peintre, affichiste, dessinateur et illustrateur français. Jacques Abeillé est le fils de Pierre Fernand Abeillé et dÉmilie Augustine Lechap. Ses deux parents sont peintres.Prenant le pseudonyme de « Jack Abeillé », il fait ses débuts d'illustrateur dans le magazine La Caricature et La Chronique amusante en 1891. Trois ans plus tard, il remplace Paul Balluriau à la direction artistique de la revue Fin de Siècle fondée par le financier François Mainguy. En 1912, il est nommé à la direction d'une nouvelle revue intitulée Élégances.Jusqu'en 1914, ses contributions comme illustrateur de presse sont nombreuses, on trouve sa signature dans lAlmanach Vermot, L'Amour, L'Assiette au Beurre, Comdia, Le Frou-frou, Heures littéraires, Jean-qui-rit, Le Journal de Paris, Le Journal pour tous, Lisez-moi bleu, Mois Gai, Mon beau livre, Nos loisirs, Pages folles, Parisiana, Le Pêle-mêle, Le Petit Bleu, Rabelais, Ridendo, Le Rire (dès 1894), La Semaine de Suzette, Le Sourire, Touche à tout, L'Univers illustré, La Vie en rose, Zig-Zag.Durant cette période, il compose quelques affiches (il possède un atelier très actif), expose ses dessins au Salon des humoristes et semble avoir été proche du dessinateur Henri de Sta, de Joze Dobrski de Jastzebiec (1861-1933) dit « Victor Joze » et du dramaturge Léon Valbert. Outre la presse, il travaille pour des éditeurs, notamment la collection Modern Bibliothèque lancée par Arthème Fayard et la Maison Quantin. De façon plus discrète, il est l'auteur d'illustrations à caractère érotique pour des ouvrages vendus par souscription.Après 1918, on retrouve sa signature dans des périodiques comme La Grimace, Le Sans-Gêne, le Journal amusant, Parisiana. Ses derniers travaux semblent être parus en 1935 et 1936, pour des éditeurs d'ouvrages ; on retrouve sa signature à cette même époque dans Police magazine.Jack Abeillé meurt le 25 mars 1939 à Paris 18e. Remises possibles sur les achats en lot, achetez plusieurs objets à la fois ! Reçoit sur rendez-vous pour consultation des ouvrages.

Maurice RADIGUET (1866-1941), dessin original

NOËL : "SEIGNEUR ! Je vous les rapporte toutes : de par decret spécial du sieur BERENGER il est formellement interdit, non seulement de déposer, mais encore de prononcer le mot VERGES dans toute l'étendue du territoire français !!!!"

Dessin original au fusain sur papier. Texte écrit à l'encre dans le haut du dessin, signature en bas à gauche. Dimensions 492 x 320 mm, traces de scotch sur l'envers du dessin. Envoi par recommandé R3 Venez consulter l'ensemble de mes objets sur mon site antharedeschuyter.fr !

Jules Maurice Radiguet (né le 12 juillet 1866 à Paris (3e), mort le 24 février 1941 à Saint-Maur-des-Fossés (Val-de-Marne) aussi connu sous le pseudonyme de Rad, est un illustrateur, caricaturiste et auteur de bande dessinée français. Marié à Jeanne-Marie-Louise Tournier (1884-1958) le 23 juin 1902 à Saint-Maur-des-Fossés (Val-de-Marne), le couple a sept enfants, dont l'aîné, Raymond (1903-1923), écrivain et auteur du Diable au corps. Il est croquiste d'audience, et conçoit des planches pour la Maison Quantin.Il fournit des dessins à nombre de revues satiriques parisiennes : Le Rire, Le Petit Illustré amusant, Fantasio, Guignol, Pierrot, Le Bon Vivant. La Jeunesse illustrée, Les Belles Images, L'Almanach Vermot. Il a aussi travaillé pour quelques quotidiens : Le Journal, Le Matin. Il eut en charge l'illustration complète de trente-neuf numéros de La Vie parisienne. Le journal Jugend de Munich publia parfois ses caricatures. De styles très variés, ses dessins sont parfois proches de l'esthétique des artistes de la Revue blanche. Sa collaboration très active à la revue anarchiste L'Assiette au beurre nous révèle la part sombre de son humour. (Notice Wikipedia) Remises possibles sur les achats en lot, achetez plusieurs objets à la fois ! Reçoit sur rendez-vous pour consultation des ouvrages.